L’université de Toulouse ouvre une antenne dans le Pernambouc

Un protocole d’intention visant à renforcer la coopération entre cette université et celles du Pernambouc a été signé pendant la visite du président de la république française au Brésil.

JPEG
L’université de Toulouse (communauté d’universités et d’établissements d’enseignement supérieur de Midi-Pyrénées) va ouvrir un bureau sur le campus de l’Université Fédérale du Pernambouc (UFPE) afin de développer les échanges entre étudiants, et de renforcer ou créer des programmes de recherches ou de formation.

Le protocole d’intention entre le secrétariat de sciences et de technologie de l’Etat du Pernambouc (Sectec), l’UFPE et l’université française a été signé le jeudi 12 décembre lors du « dialogue de haut niveau sur l’éducation entre la France et le Brésil ». L’évènement a eu lieu à Brasilia en présence du président français et du ministre de l’éducation brésilien, Aloizio Mercadante.

Le document a été signé par Diogo Ardaillon Simões venu représenter le secrétariat des sciences et technologies du Pernambouc, le directeur de l’Université Toulouse III, Bertrand Monthubert représentant la COMUE « université de Toulouse » et le recteur de l’UFPE, Anísio Brasileiro.

Le bureau permanent de l’Université de Toulouse fonctionnera au sein du département d’océanographie de l’UFPE. Un séminaire franco-brésilien sera organisé à Recife en avril 2014. La rencontre aura pour but de définir les secteurs à privilégier dans les échanges étudiants et la coopération avec le Pernambouc.

Le Dialogue de Haut Niveau Brésil-France. Pendant sa visite à Brasilia, le président François Hollande a formalisé avec le ministre de l’éducation Aloizo Mercadante, des partenariats importants pour la coopération éducative entre les deux pays. Notamment l’envoi de 1000 étudiants brésiliens, ou la création de « Français sans Frontières », un cours online dont l’objectif est de promouvoir la langue auprès des boursiers de programmes fédéraux. Un autre accord prévoit d’employer des stagiaires brésiliens de « science sans frontières » dans des entreprises françaises.

publié le 06/04/2016

haut de la page